Veronica Fusaro

Une chanteuse pleine de sérénité

Talent du mois

1er juin 2016, Katharina Nill

Même en recevant le premier prix du «Demo of the Year» au festival m4music du Pour-cent culturel Migros, la jeune auteure-interprète Veronica Fusaro ne perd pas son calme. Quel est son secret?

Le chant et les gestes de la jeune musicienne expriment calme et confiance. Et pourtant, Veronica Fusaro aurait plus d'une raison d'être excitée. Au concours de jeunes talents Demotape Clinic au festival m4music organisé par le Pour-cent-culturel Migros au mois d'avril, sa chanson Come to Naught a été choisie parmi les 705 maquettes soumises – et a décroché deux prix: Le prix de la catégorie pop doté de 3000 CHF ainsi que le premier prix «Demo of the Year 2016» à hauteur de 5000 CHF. Par conséquent, Come to Naught se retrouve en tête de la playlist de la Demotape-Clinic où l'on peut écouter les meilleures maquettes de l'année 2016. L'auteure-compositrice de 19 ans résume sa vie de double lauréate avec un accent de Thoune à couper au couteau: «Les choses n'ont pas beaucoup changé, hormis le fait que je reçois beaucoup plus de mails, surtout des félicitations ou des demandes de concert...ce qui est cool c'est que, grâce aux prix, j'ai plus d'auditeurs, plus de retours et que j'arrive à susciter plus d'intérêts.» Voilà sa définition du succès. 

De l'envie pure 

Sur son site Facebook, Fusaro décrit son style musical tel le «post-R&B» et le «distorted Pop kinda mixture». Au lieu d'avoir un site web, Fusaro entretient de manière exemplaire les réseaux sociaux. C'est sur Internet également que commence «sa carrière», quand elle poste des reprises sur sa propre chaîne YouTube. «Pendant des années, j'ai gardé mes propres compositions pour moi. J'ai sorti ma première chanson, You are alone, seulement il y a un an et demie.» Fusaro a mis son dernier 5-titres à télécharger gratuitement sur SoundCloud. Cet EP est le résultat de l'année sabbatique qu'elle est en train de passer entre sa maturité et le début de ses études. «Une prochaine étape importante serait de sortir un vrai album, mais je ne me sens pas encore prête. J'y travaille, j'y travaille!» Elle le dit en rigolant, elle ne se met pas la pression: «Je fais de la musique pour l'amour de la musique: J'ai envie d'écrire et de produire des chansons.» 

A la maison, avec son père italien, elle grandit sous l'influence de la musique rock italienne, notamment de Vasco Rossi et Gianna Nannini. Adolescente, elle découvre le jazz, le soul, le R&B et la pop. Elle a trouvé toute seule la voie de la musique: «Mes parents consomment de la musique, mais ils n'ont pas de talent particulier pour ça. Par contre, ils m'ont permis de prendre des cours de guitare et m'ont encouragé à participer à des concours.» Ainsi, Fusaro participe en 2014 au télé-crochet suisse «Voice of Switzerland», mais la victoire lui échappe à cause de son style considéré comme pas assez conventionnel. Pour Fusaro ce n'est pas une insulte: «Au plus tard à cette époque-là, j'ai réalisé que la musique était ma passion. Depuis, j'ai énormément évolué, j'ai développé plus de confiance en mon chant, j'ai trouvé mon style musical et je sais mieux ce que je cherche à atteindre.»

De son propre chef

Son apparence laisse également deviner que Fusaro ne se préoccupe pas beaucoup des conventions. Elle porte détachés ses épais cheveux sombres, qui quand elle est assise lui descendent jusqu'aux genoux. Les lunettes browline et l'eye-liner voyant lui donnent un chic rétro. Sa tenue est décontractée. Avec ses manches retroussées on dirait qu'elle est prête à tout moment à mettre les mains à la pâte. Parmi des jeunes du même âge elle se distinguerait par son air individualiste et désinvolte. Fusaro aime faire les choses en solitaire. Adolescente, elle abandonne rapidement les cours de guitare, parce que cela «l’énerve» et continue la musique, notamment la guitare électrique, en autodidacte. Chez ses parents, elle s'est installée un petit studio à la cave: «J'ai un microphone, un équipement de base, un clavier midi, des guitares et un ordinateur portable.» C'est ici qu'elle compose ses chansons et produit ses vidéos de son propre chef. «J'externalise uniquement le mixage et le mastering.» 

Actuellement, Fusaro gagne sa vie grâce à un job à temps partiel chez McDonalds avant de commencer ses études en travail social, politique sociale et langue anglaise cet automne. Elle explique son choix: «Le monde, la société et la politique m'inspirent...» Tout de suite, elle précise pourtant ses priorités: «Je vais surtout faire de la musique – et étudier à côté!» Brièvement, Fusaro avait envisagé des études de musique: «Je pense que, finalement, je peux apprendre par moi-même tout ce dont j'ai réellement besoin. C'est ce à quoi je suis habituée. Lors d'un processus créatif, j'arrive à sentir les bons moments. Ce qui ne veut pas dire que c'est toujours simple. Je me laisse inspirer par des artistes au lieu d'un mentor.» Elle cite des légendes comme Michael Jackson, Amy Winehouse, Janis Joplin, mais également des artistes actuels tel que The Weeknd, Miguel ou encore Lady Gaga. 

Rocker l'été 

Est-ce d'abord le thème, la mélodie ou les paroles qui lui viennent à l'esprit? «Ça dépend, dit-elle. Parfois c'est la mélodie puis les paroles, parfois c'est l'inverse. C'est difficile à expliquer. Tout se déroule en même temps. Les choses s'engrènent plutôt qu'elles ne se suivent.» Les 500 enregistrements vocaux sur son portable sont une sorte de béquille mémorielle. «Finalement, je ne les réécoute que rarement...» Pour Fusaro, composer une chanson est une forme de travail sur soi, elle écrit sur des choses qui lui sont arrivées et qui la préoccupent. Elle compose en anglais, ce qui lui demande de la confiance en elle puisque à l'école, elle n'avait, au début, pas du tout aimé cette langue. «Quand la professeure à changé j'ai développé de l'amour pour l'anglais et commencé à lire des livres en version originale. Aujourd'hui, les mots sortent tout seuls en anglais, je n'y réfléchis plus.» 

Malgré tout l'amour qu'elle porte à la musique, Veronica Fusaro a parfois besoin de silence: «C'est lorsque j'ai écouté trop de musique ou quand je n'arrive plus à continuer sur un morceau.» Elle laisse reposer la musique pendant un moment et joue au foot, passe du temps avec des amis ou se consacre à une activité créative autre que la musique: «Dessiner, bricoler, faire des collages – peu importe!» Les mois à venir, en revanche, elle focalisera son énergie sur les concerts en plein air de cet été. Veronica Fusaro se produira avec son groupe au Cholererock et au Thunfest: «Ce seront les plus grands concerts que nous n'avons jamais donnés.» Elle les envisage, bien entendu, avec sérénité. 


Veronica Fusaro sur SoundCloud, YouTube, Twitter, Facebook et Instagram

Vers la compilation «The Best of Demotape Clinic 2016» (en ligne à partir du 15 juin)

Contact: stefan@ddmusic.ch

«Wayfaring Stranger»


«Let Em Talk»


«Lost In Thought»


«Dragon»


«Come To Naught»


«Autumn Leaves»